RH & vidéo, un tandem d’avenir

Arnaud Pottier Rossi | 30 septembre 2014 | 1 commentaire
Partager

A une semaine de Tru Montreal 2014, j’aimerai revenir sur un thème qu’avait animé l’année dernière Sandrine Théard et Michael Maltais sur la vidéo dans l’univers des RH.
Nous l’avons vu lors du dernier buzz de Marina Schifrin et de la réponse de ses patrons que la vidéo est le canal principal des jeunes générations. Nourris à la télé depuis leur jeune enfance, la vidéo est devenu à la fois le média qu’elle consomme et qu’elle partage le plus mais aussi qu’elle peut, grâce à la démocratisation des smartphones équipés de fonction caméra ou celle de petite caméra comme les Gopro créer facilement et de manière assez qualitative.

Cette surabondance du média, et sa maitrise, renvoient les équipes RH à repenser leurs outils vidéos.
Et bien souvent l’exercice reste difficile.

Je vous propose donc un petit dossier pour appréhender cette nouvelle arme.
Tout d’abord , nous allons voir aujourd’hui, quel sont les formats que peuvent utiliser les RH ?

  • La vidéo Buzz :

Tout le monde en rêve, le Saint Graal du ROI !
Une vidéo mini budget pour un maxi retour… Ne rêvez pas, à moins d’avoir l’idée du moment, et de bénéficier ainsi de la prime au premier, il est difficile de créer un buzz positif surtout quand on s’adresse à une cible élargie.
Il y a eu des succès comme le lipdub de l’Hôpital Sacré-Cœur de Montreal en 2009, qui au dela du nombre de vues de la vidéo assura une couverture médiatique importante et permis une augmentation considérable du nombre de CV lors du lancement (500cv en septembre 2009 vs 100 en septembre 2008) mais les cas restes anecdotiques.

Et surtout il ne faut pas essayer de singer… 1 lip dud ca va, 3 bonjour le pligiat !
Donc tout ce qui est de l’ordre du viral (Harlem Shake, flashmob, Ice Bucket challenge, Bref..) a une espérance de vie courte et mieux vaut essayer de trouver votre idée que de reprendre un concept usé.
Au dela de l’espérance des effets vers l’externe , et d’un bon Roi, ce format permet surtout de fédérer l’interne.
Que ce soit en demandant des idées, et même des scenarii ou que ce soit en faisant jouer ou réaliser ses collaborateurs, la recherche d’une vidéo buzz doit satsifaire à une recherche d’engagement et de motivation.

  • La vidéo d’illustration de la marque employeur

C’est le pendant vidéo de ce qu’on appel les campagnes de Marque Employeur.
Elle doit présenter quels sont les piliers de la Marque Employeur, et ainsi donner envie de rejoindre l’entreprise quelque soit le métier qu’on exerce.
Elle peut être utilisé sur le site carrière en home page, sur les réseaux sociaux, et plus épisodiquement malheureusement en télé comme pour McDonalds.
C’est souvent le budget qui coince ou tout du moins la priorisation qui en est fait et c’est fort regrettable.

Un exemple réalisé par l’agence pour Générale d’Optique en caméra subjective

  • La vidéo « Métier »

Un rapide coup d’œil sur le marché montre que nous commençons à peine (depuis quelques années) à remplacer ces fameuses « Présentations métiers rédigées » austères et distantes, par des fiches métier vidéo façon « Vis ma vie ». On ne peut que s’en réjouir !
Comme nous l’indiquions dans l’introduction, les jeunes générations ne veulent plus lire, ou plus exactement elles souhaitent « consommer une expérience » et à ce jour le média vidéo est le mieux placé. Ca ne remplace pas une immersion totale de découverte comme le propose un vrai « vis mon job » ou comme le proposerai l’interactivité d’un « serious game » bien évidement. Mais ce dernier a soit un coup trop conséquent surtout si on veut personnaliser le métier et les éléments distinctifs de la marque employeur.
Mais c’est aussi un exercice délicat, très délicat !
Nous reviendrons dessus dans un prochain billet.

  • L’annonce vidéo

Si le CV vidéo peut être rédhibitoire ou ultra convaincant, il en va de souvent de même pour les annonces vidéos. On voit quand même quelques initiatives de médias qui proposent aux entreprises d’énnoncer leurs besoins sous format vidéo.
KeljobTV a été crée dans ce sens, mais malheureusement les offres d’emploi ont laissés la place à des vidéos métiers classiques.
On peut noter la création de Big Central qui utilise à la fois le mobile et la vidéo pour permettre aux entreprises de présenter leurs opportunités ( CF http://www.job2-0.com/article-big-central-le-mobile-au-service-du-recrutement-des-jeunes-121428472.html ). Le volume d’offres n’a pas beaucoup changé mais à suivre

  • L’entretien de recrutement vidéo

On peut voir deux tendances.

L’entretien de recrutement live.
Longtemps utilisé pour palier à la distance entre recruteur et candidats lors des premiers entretiens, évitant ainsi aux 2 parties des frais de voyages alors que la relation est à son début l’entretien vidéo tend à se démocratiser de plus en plus et permet de rajouter une dimension plus humaine aux premiers contacts. Et ainsi de se faire une première impression plus juste.

L’entretien de recrutement asynchrone.
Là il y a un léger déséquilibre puisque seul le candidat utilise ce canal pour enregistrer en vidéo les réponses aux questions posées par mail par le recruteur. C’est un gain de temps pour les RH et les opérationnels mais la relation est un peu tronquée.

  • Les Tchats

Auparavant ils étaient écrits, mais la démocratisation de la vidéo font que de plus en plus les tchats recrutements sont en vidéo. Les candidats posent les questions par écrit en direct et l’entreprise y répond par vidéo.
De nombreux tchats sont organisés sur Jobteaser.

  • La vidéo évènementielle

Que ce soit pour filmer un salon, des journées de recrutement, une remise des prix, à destination de l’externe ou de l’interne, le champ des possibles est incroyable.
Elle peut par exemple s’utiliser en communication interne pour accompagner des changements, comme l’a fait Orange pour l’accompagnement du changement de nom définitif de France télécom Orange à Orange avec l’opération « Le fil Orange » en juillet 2013.
Durant 3 semaines , 2 vidéomatons ont été disposés dans 16 sites en région parisiennes et en province pour demander aux salariés de raconter un souvenir, une histoire vécue dans l’entreprise. C’est en tout 600 vidéos qui ont été tournées dont vous pouvez voir des exemples ici et qui ont données lieu à une vidéo de 4mn diffusée en interne.

Ca peut être aussi la mise en avant d’une action afin de valoriser les salariés participants et de véhiculer les valeurs de l’entreprise.
Exemple la vidéo réalisée par l’agence pour la particpation de GrandVision France à La Parisienne.

  • Les opérations Vine

Déjà pour ceux qui ne connaissent pas Vine il s’agit d’un réseau social vidéo (comme l’est Instagram pour la photo) crée en 2012 et racheté 1 an après par Twitter. Le format est simple 6s de vidéo. Ce qui était un peu bloquant c’est que vous deviez filmer les 6s en live dans l’application, sans pouvoir utiliser vos anciennes vidéos. Depuis cet été ce n’est plus le cas vous pouvez importer des vidéos déjà enregistrées, ce qui va réconcilier les utilisateurs je pense.
Donc pas étonnant que les entreprises n’aient pas encore trop prise d’assaut ce média mais ça devrait changer. On peut noter principalement DDB Bruxelles qui a organisé un concours pour le recrutement de ces créatifs sur Vine. Les directeurs artistiques devaient prouver leur créativité au travers de ces vidéos de 6s et les tweeter avec le Hashtag « #DDBexpress ». Mais ils ont surtout lancé le concours par une vidéo Vine.

Pour plus d’exemples sur Vine c’est ici ou ici

Après ce tour des différents formats je vous invite à lire les « Les 7 astuces pour réussir une bonne vidéo métier  » et « Comment optimiser l’utilisation de ses vidéos » (mise en ligne dans la semaine)

 

 

1 commentaires

  1. BOUTELOUP
    9 octobre 2014 à 08h35

    Merci pour ce premier dossier qui dresse bien les enjeux et les atouts de la vidéo.

    Pour notre part dans le groupe Adecco, nous mettons en place la video interview et le CV video avec Resume (www.resu-me.me).

Répondre
Votre email ne sera pas publié
Partager cet article
RH & vidéo, un tandem d’avenir